Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
04 May

LE PLAISIR ET SA SOUFFRANCE...

Publié par UGO RICHARD

Il faut savoir que le plaisir prend forme en quatre étapes : perception, sensation, contact et désir.

Beaucoup de gens nous parlent de désir, de plaisir, d’amour, de passion, d’idéaux sans jamais en connaître le sens ni les mécanismes.



De nos jours, chacun veut vivre un maximum d’expériences diverses, qu’elles soient mystiques, religieuses ou sexuelles. Ces besoins de plus en plus répandus, révèlent la pauvreté intérieure humaine.

Nous sommes tous engagées à la poursuite du plaisir sous une forme ou une autre, intellectuelle, sensuelle, culturelle. Celui de l'érudition et des jouissances physiques ; celui d'acquérir de l'expérience, une plus grande compréhension de la vie, et celui de tous les artifices de l'esprit.
Vous pourriez vous demander alors pourquoi la vie ne devrait pas être guidée par le plaisir. Pour la simple et bonne raison que le plaisir engendre obligatoirement de la douleur, de la frustration et des peurs, et celle-ci la violence ; Et c'est ainsi que la plupart d'entre nous vivont!
La peur, le plaisir, la pensée, la douleur et la violence sont intimement reliés.



Quand je regarde certaines choses avec joie et intensité, je suis absent, moi, mes problèmes, mes angoisses et mes tracas.

Tout désir est donc contradictoire et opposé. Ce désir fondamental est de poursuivre le plaisir et d’éviter, voir de refouler la douleur.

La pensée crée et alimente le plaisir au moyen du désir.
C'est seulement en vue de répéter et de perpétuer le plaisir qu'intervient la souffrance, car l'absence de ce plaisir alimente sa propre souffrance.
Cette croyance, pendant des années, vous a procuré de la satisfaction, du plaisir. Lorsqu'elle vous est retirée, vous demeurez égarés et vides, et la peur s'installe en vous, jusqu'à ce que vous trouviez une autre forme de plaisir, une autre croyance.



Mais si vous voulez vous affranchir de la douleur, il vous faut comprendre toute la structure du plaisir et être très attentif. Il ne faut  pas la condamner comme le font les moines qui s'interdisent de regarder les femmes, pensant que ce serait un péché, mais de comprendre tout son sens et sa signification. Alors vivre sera pour vous une joie immense.

Comprendre le plaisir, ce n’est pas y renoncer, mais il faut savoir que sa recherche constante trouve toujours son ombre : la douleur. Plaisir et douleur ne peuvent pas être séparés, bien que nous courions après l’un en voulant éviter l’autre.

Un plaisir entraine toujours une douleur, et une profonde douleur fait face à un plaisir. Si vous avez peur d’affronter la douleur, vous ne serez jamais serein face au plaisir, ou alors le plaisir deviendra une fuite.



Nous sommes trop préoccupés de nous même et de nos plaisirs pour être objectivement lucide,
et souvent, on pense a tord, qu’un idéal nous délivrera de ce qui « est », mais il n’y parvient jamais. Car c’est l’idéal qui engendre le contraire de ce qui « est ». L’idéalisation de sa vie est une simple façon de refouler ce qui « est » au profit de l’imagerie d’une vie. On entre ainsi dans un état de confusion et de conflit interne important.

La recherche de l’idéal devient une échappatoire à la monotonie du quotidien.


L’amour est un désir  pour la plupart d’entre nous. C’est un désir et son plaisir, le plaisir des sens, de l’attachement sexuel, d’une plénitude.

Pourquoi avons-nous cet intense désir d’être assujettis et de dépendre psychologiquement de quelqu’un ou de quelque chose?

Le fait d’appartenir à quelqu’un, d’être nourri psychologiquement par cette personne, cet état de dépendance, comporte toujours de l’inquiétude, des craintes, de la jalousie, un sens de culpabilité. Et dans toutes ces peurs, il n’y a pas d’amour.

Pourquoi ce besoin ? parce qu’au plus profond de moi c’est le vide, le néant. Parce que je ne trouve pas en moi la source de vie, toujours pleine, riche, mouvante. Et la je découvre la source de ma dépendance.

Nous devenons esclave de la personne dont dépendent nos plaisirs.

L’amour lui a besoin de sérénité, de joie, de partage, et d’harmonie.


 


Tout ceci est très simple, mais nous n’en voyons que la complexité. Si votre femme ou votre mari vous quitte, vous devenez jaloux et colérique.  Mais qu’est-ce tout cela si ce n’est juste la peur de perdre ce qui nous procurait beaucoup de plaisirs, une vie en commun, une sorte de sécurité dans la possession.

L’amour est t-il, un sentiment, un plaisir, un désir, une émotion, ou est ce juste une projection de notre propre imagination, une simple projection de nous même ?

Dans les relations humaines, la pensée est toujours à la recherche de son plaisir qu’elle déguise en mots tels que  loyauté, aider ; servir, soutenir. Car la pensée est si rusée et habile, qu’elle déforme tout, suivant ce qui lui convient le mieux. Mais dans sa demande de plaisir, elle se met elle-même en esclavage. Elle est la génératrice de la dualité de toutes nos émotions et donc toutes nos relations.

C'est pour cela que la liberté de pensée n'existe pas et que c'est une sottise de le croire. La pensée n'est jamais neuve, car elle est une réaction de la mémoire, de l'expérience et du savoir.
La pensée est donc par essence difforme et contrefaite, car elle peut inventer ce qu’elle veut et nous jouer des tours extraordinaires. On ne peut donc pas compter sur elle !

Si vous êtes conscient de tout cela, vous ne serez plus trompé de votre pensée.

Tout ce qui dans les limites de la pensée est susceptible de créer des illusions. La vision que l’on a de tel ou tel individu est déterminée par notre propre conditionnement. Ce sont les projections de nos propres désirs et de nos propres fantasmes...


 

 

 By Ugo
www.photo-art-by-ugo.com
Modèles : Lucas et Alvaro, Dita et aurelie

Commenter cet article
S
"La pensée crée et alimente le plaisir au moyen du désir."

La pensée releve du conscient alors que le plaisir et désir relève du pulsionnelle et de la libido c'est donc dans l'inconscient.
Répondre
U

AVEC MOINS DE FAUTES CA DONNE QUOI
KISS

UGO


Archives

À propos

PHOTOGRAPHIE bYuGO artist photographer paris