Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 Apr

OBAMA ET HUGO CHAVEZ à TRINIDAD AND TOBAGO.

Publié par UGO RICHARD



PORT OF SPAIN - Les dirigeants de 33 pays des Amériques se sont rencontrés pour la première fois vendredi à Port of Spain, capitale de Trinidad et Tobago.
Le cinquième sommet des Amériques devait se pencher sur la nécessité d'assurer l'avenir des citoyens en encourageant le développement, la sécurité énergétique et l'environnement durable" et être aussi l'occasion de discut
er des réponses à apporter à la crise économique mondiale, mais il a été surtout marqué par  la rencontre historique entre le président américain Barack Obama et le leader socialiste et emblématique Hugo Chavez.  

  
 

"J'ai des désaccords importants avec Hugo Chavez en politique économique et en politique étrangère", a-t-il fait valoir. "Il est arrivé que le Venezuela s'ingère dans les affaires de certains de ses voisins et cela a été, je pense, une source d'inquiétude", a ajouté le président américain.

"C'était irresponsable de la part du président (Obama) de se montrer en train de plaisanter et de sourire avec Hugo Chavez", "Il s'agit de l'un des dirigeants les plus anti-américains au monde", s'est exclamé M. Ensign.
La photo de la poignée de mains de MM. Obama et Chavez a fait le tour du monde, certains y voyant même la fin des tensions entre les Etats-Unis et le Venezuela.

C'est un grande avancée d'autant plus que le régime Chávez affichait jusqu'alors, une certaine hostilité envers l'administration des États-Unis et son « impérialisme ». Chávez a accusé plusieurs fois le gouvernement américain de comploter pour perpétuer l'hégémonie de son pays en Amérique latine, et pour y arriver, de vouloir renverser son gouvernement. 
 Le président vénézuélien Hugo Chavez a félicité mercredi Barack Obama pour son "élection historique" et exprimé sa volonté d'établir de "nouvelles relations" avec les Etats-Unis et relancer "un agenda bilatéral constructif" pour le bien-être des deux peuples. "En ce jour d'espérance pour les Américains, le président Hugo Chavez, au nom du peuple vénézuélien, félicite le peuple des Etats-Unis et le président élu Barack Obama pour sa grande victoire", a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. "Depuis la patrie de Simon Bolivar, nous sommes convaincus de ce que l'heure est venue d'établir de nouvelles relations entre nos pays et avec notre région sur la base du respect de la souveraineté, de l'égalité et d'une véritable coopération", ajoute le ministère. 

       
    Né le 28 juillet 1954 à Sabaneta , au sud du Venezuela, cet ancien militaire vénézuélien, devient président du Vénézuela  le 2 février 1999  avec 56 % des voix, soit la plus forte majorité jamais constatée à cette élection en quarante ans de démocratie vénézuelienne

Après ses études, il intègre les forces armées vénézuéliennes et monte jusqu'au grade de lieutenant-colonel.


Le 4 février 1992, le MBR-200, dirigé par Hugo Chávez, tente un coup d'État contre le président Carlos Andrés Pérez. Le putsch prend pour nom « opération Ezequiel Zamora ». Cette tentative échoue, et Chávez est emprisonné pendant deux ans.

Depuis son élection, Hugo Chávez déclare mettre petit à petit en place une politique économique sensiblement « socialiste » sans pour autant l'être totalement, il la nomme « révolution bolivarienne ».

Une redistribution partielle des terres a été lancée : dans un pays où l'économie est principalement fondée sur l'exploitation du pétrole et où la question de la terre n'est plus un véritable problème économique depuis les années 1960, Hugo Chávez décide de nationaliser les domaines en friche appartenant aux plus riches propriétaires et à ceux ne pouvant justifier de titre de propriété. Il les redistribue alors à des agriculteurs devant former de petites coopératives, afin de donner du travail aux plus pauvres et de limiter les importations dans un pays endetté et ayant une quantité considérable de terres cultivables non exploitées. Les résultats n'en ont pas été concluants et de nombreux économistes craignent que la politique menée par M. Chávez ne rende le Venezuela encore plus dépendant des importations alimentaires qu'auparavant.

Des systèmes de microcrédits d'initiative publique sont mis en place afin de faciliter le développement des petites entreprises,  la culture des OGM est interdite et  un système de banque de semences est mis en place. Son but officiel est de préserver la diversité des plantes.

La pêche intensive est interdite dans les eaux territoriales vénézuéliennes, afin de préserver la biodiversité maritime et de favoriser les petits pêcheurs. La pêche au chalut est ainsi interdite dans les zones côtières

 Depuis 2006,  la nationalisation s 'est accélérée avec  la troisième banque puis celle des télécoms, de l'électricité, du pétrole, de la production de lait ou de ciment ainsi que, entre autres, des aciéries. Sur les 6,5 millions d'habitants ayant un emploi déclaré, 2 millions sont salariés de l'Etat




La criminalité sous les présidences Chávez a également très fortement augmenté, faisant du pays l'un des plus violents au monde.
Néanmoins, selon l'UNESCO, la politique de lutte contre la faim est présentée comme un exemple à suivre par le dernier rapport sur le Droit à l'alimentation présenté à l'Assemblée Générale des Nations Unies. D'autre part, les taux de pauvreté et de pauvreté extrême ont considérablement baissé ces dernières années

Hugo Chávez développe une rhétorique de l'unité sud-américaine, en particulier avec des visées anti-américaines. Il défend plus spécifiquement une alliance avec les pays de l'ALBA (Cuba, Bolivie, Nicaragua). Il a ainsi prôné une alliance armée de ces pays contre les États-Unis des pays de la zone. Il déclara ainsi en janvier 2008 : « Nous devons monter une stratégie commune [..] parce que l'ennemi est le même : l'empire des États-Unis »

Le 24 décembre 2005, Hugo Chávez, catholique, prononce un discours concernant les inégalités sociales dans lequel il dit :

« Il y a dans le monde de quoi satisfaire les besoins de tout le monde, mais dans les faits des minorités, les descendants de ceux qui ont crucifié le Christ, les descendants de ceux-là même qui ont expulsé Bolivar d'ici et qui l'ont crucifié à sa manière à Santa Marta en Colombie. Une minorité s'est appropriée les richesses du monde, une minorité s'est emparée de l'or de la planète, de l'argent, des minerais, des eaux, des bonnes terres, du pétrole, des richesses et ils ont concentré les richesses en peu de mains : moins de dix pour cent de la population du monde est maîtresse de la moitié de la richesse de tout le monde»



« Parmi les éléments qui pourraient définir le socialisme du XXIe siècle, je dirais que la première caractéristique est l’élément moral. Il faut commencer par cela, par la conscience, par l’éthique. Le Che a beaucoup écrit sur la morale socialiste. Quelle que soit la vision du monde que l’on a, il faut nous réapproprier le sens éthique de la vie. Ce que je dis là tient sans doute beaucoup du christianisme : « Aimez-vous les uns les autres » ou « Aimez votre prochain comme vous même ». En réalité, il s’agit de ceci : de la solidarité avec le frère. Il s’agit de la lutte contre les démons que le capitalisme a semés : l’individualisme, l’égoïsme, la haine, les privilèges. »

HUGO CHAVEZ, est le leader REVOLUTIONNAIRE charismatique que toute l'amérique du sud attendait depuis El Ché.










By Ugo

Commenter cet article

Archives

À propos

PHOTOGRAPHIE bYuGO artist photographer paris